Passeport et surveillance

La santé des végétaux

La santé des végétaux produits dans notre pays est capitale dans un monde d’échanges mondiaux de plus en plus importants. Toute l’économie de la production végétale française en dépend. Pour ce faire, une réglementation européenne sur les organismes nuisibles de quarantaine a été instaurée. En France, les services du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche appliquent cette réglementation et instaurent également une surveillance réglementée d’organismes nuisibles pouvant menacer cette économie. Ils s’appuient en cela sur les professionnels agricoles à travers les fédérations de défense contre les organismes nuisibles.

Dans notre région, à forte production végétale, en particulier dans les cultures spécialisées et les semences, cette organisation se traduit par les actions suivantes :

-      La vérification de la santé des végétaux destinés à circuler sur le territoire français et européen (passeport phytosanitaire européen),
-      La surveillance d’organismes nuisibles réglementés pouvant avoir des conséquences graves sur la production française de certains végétaux dans le cadre de la délivrance du PPE et de la surveillance du territoire,
-      L’inspection de végétaux destinés à des pays tiers (certificat à l’exportation),
-      La gestion de foyers d’organismes nuisibles détectés lors des opérations précédentes.

La gestion de foyers en santé des végétaux

Lors des diverses inspections réalisées dans le cadre de la surveillance du territoire ou du passeport phytosanitaire européen, il n’est pas rare de trouver des maladies ou des ravageurs de quarantaine ou réglementés. Dans ce cas, une procédure de gestion du foyer est mise en œuvre afin d’éradiquer le ravageur ou la maladie détecté et d’éviter la dissémination de l’organisme nuisible indésirable. Cette gestion doit se faire dans un contexte de dialogue afin de ne pas léser les intérêts économiques du producteur concerné, tout en préservant les intérêts économiques des autres producteurs non touchés par le problème.
Aussi, quand cela est possible, une aide à la reconnaissance de l’organisme nuisible, des informations réglementaires, des conseils de production et de moyens de protection sont apportés au producteur pour préserver le reste de sa production et éviter l’apparition future d’un nouveau foyer.

En 2008, la gestion de foyers en région ligérienne a concerné principalement les organismes nuisibles de quarantaine et réglementés suivants :

  • Le Feu bactérien (Erwinia amylovora),
  • Phytophthora ramorum,
  • La Teigne du bananier (Opogona sacchari),
  • L'Acarien du fuschia (Aculops fuschiae),
  • Le Capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis).

Pour ce dernier, un seul foyer a été trouvé à ce jour dans notre région (second foyer détecté en France en 2003 à Gien dans le Loiret).
Sainte-Anne-sur-Brivet est la commune concernée en Loire-Atlantique en 2004. Un arrêté préfectoral de lutte obligatoire a été immédiatement publié.
Une prospection a permis de détecter plusieurs dizaines d’arbres infestés par l’insecte. Ceux-ci ont été abattus et incinérés. Un périmètre de surveillance d’un kilomètre  autour du foyer a été instauré.
Depuis la découverte de ce foyer, et ce pendant 4 ans, la surveillance du centre-bourg et du périmètre de 1 km autour du foyer est assurée par le SRAl Antennes de Nantes, appuyé par la FDGDON 44 en 2007 et 2008 (pour le centre bourg), à la demande de la FREDON Pays de la Loire, dans le cadre des missions de gestion de foyers confiées par le SRAl Pays de la Loire.
En 2007, un individu adulte a été retrouvé, ce qui reconduit la prospection de quatre années supplémentaires. En 2011, si aucun individu n’est retrouvé, le foyer sera considéré comme assaini.