Santé publique

Missions de surveillance du territoire en partenariat avec l'ARS

De nombreux êtres vivants sont considérés comme nuisibles quand ils s'attaquent à nos productions végétales destinées à nourrir les hommes et les animaux domestiques, à notre environnement (habitats naturels, paysages urbains, jardin...), ou parfois à notre santé et celles de nos animaux d'élevage ou de compagnie.

Certaines espèces peuvent même avoir des impacts sur l'ensemble de ces compartiments (productions, environnement, santé). C'est ce constat qui a rapproché notre réseau des fédérations et l'Agence Régionale de la Santé de notre région ligérienne quand a été découverte officiellement l'Ambroisie à feuilles d'armoise en 2009.

En effet, à cette époque, le ministère de la santé déclinait dans chaque région, depuis plusieurs années, le Plan National Santé-Environnement www.sante.gouv.fr/plan-national-sante-environnement-pnse.html . L'ARS des Pays de la Loire pouvait alors y inclure la thématique de l'ambroisie au titre de la qualité de l'air et des allergies polliniques.

Pour le réseau des fédérations départementales et régionale, l'Ambroisie à feuilles d'armoise, peu présente en Pays de la Loire, devint un élément clé de la mise en oeuvre d'actions régionales de surveillance, de prévention et de lutte contre des organismes nuisibles (maintenant appelé danger sanitaire). Chaque fédération départementale avait l'expérience de la mise en place d'actions de surveillance et de luttes collectives. Il fallait dépasser ce stade, à la fois parce que les êtres vivants ne se cantonnent pas à une échelle administrative, mais aussi parce qu'il paraissait indispensable de démarrer sur des bases identiques de pratiques de surveillance, de conseils en prévention et de techniques de lutte éprouvées.


L'Ambroisie à feuille d'Armoise - Source : FREDON Pays de la Loire

Cocon de chenilles processionnaires du pin - Source : FDGDON 85


Ainsi est née une nouvelle collaboration associant un réseau de bénévoles animé par des structures syndicales fédératives et l'Agence Régionale de la Santé, soucieuse de toucher le grand public par ses messages de prévention face à l'apparition de problèmes de santé publique. Très vite, à l'Ambroisie à feuille d'armoise se sont ajoutées les chenilles urticantes.

Le principe de la collaboration reste simple et reproductible : mettre en oeuvre des actions de surveillance, de prévention et de lutte, s'appuyant sur un réseau de plus de 12 000 bénévoles. Ces actions, déclinées sur le terrain par des équipes de techniciens compétents, sont destinées à :

     - connaître la répartition d'une espèce visée et son front de colonisation quand elle est récemment introduite ;
     - suivre l'évolution numérique des populations afin de déclencher des actions de protection et de lutte quand
       la densité est jugée critique ;
     - informer le public sur la nature des riques encourus et les moyens de s'en prémunir, ainsi que les périodes
       pendant lesquelles les risques s'expriment ;
     - promouvoir les moyens de lutte ayant le moins d'incidence sur la santé humaine et l'environnement ;
     - conseiller les acteurs de terrain sur les luttes à entreprendre ;
     - intervenir dans la réalisation des luttes quand l'action individuelle devient inefficace ou quand cela
       demande des moyens matériels spécifiques et onéreux.

En 2012, l'ARS et le réseau FREDON-FDGDON ont décidé d'élargir cette collaboration à d'autres thématiques de santé publique existantes ou susceptibles d'arriver rapidement sur notre territoire. C'est à ce titre qu'est né le programme de prévention des risques sanitaires 2013-2015. Se sont ainsi ajoutés à la surveillance de l'Ambroisie à feuille d'armoise et des chenilles urticantes la Berce du Caucase, le Datura Stramoine, le Ragondin et le Rat musqué en sites de baignade publique.

Ajoutons que d'autres réseaux sont également mobilisés à travers un comité de pilotage réunissant des partenaires techniques agricoles (Chambres d'agriculture, instituts techniques, parcs régionaux...), le Conservatoire National Botanique de Brest, les médectins allergologues, les délégations territoriales de l'ARS...

L'ARS Pays de la Loire contribue financièremenet à la surveillance et la prévention à hauteur de 80% du budget prévu, soit 162 000 € répartis sur trois ans. Quant aux actions de luttes découlant du programme, elles sont prises en charge par les particuliers, les collectivités ou tout autre gestionnaire d'espaces.

Pour en savoir plus sur l'ARS


Le Ragondin - Source FDGDON 44

Le Rat musqué - Source FDGDON 85

La Berce du Caucase - Source FDGDON 72