Grandes cultures

En grandes cultures

La Chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera virgifera) est un petit Coléoptère nuisible des cultures de maïs. C’est, aux Etats-Unis, la première cause des traitements insecticides. Son impact sur les rendements est très important, allant jusqu'à 80% de perte de récolte.
Absente en France jusqu’en 2002, des foyers de cet insecte ont été progressivement détectés, en premier lieu en Ile de France, puis en Alsace, en Rhône-Alpes et récemment en Bourgogne. 
Un plan de surveillance est en place dans toutes les régions de France : le SRAl, avec l'appui de la FREDON Pays de la Loire et des FDGDONs, assure le suivi d'un important dispositif de piégeage afin de prévenir l’apparition de ce nuisible dans notre région.
Sur la base d'une analyse de risque effectuée en 2008, et actualisée chaque année, cette surveillance est renforcée au niveau des zones jugées « à risque » (Aéroport international de Nantes-Atlantique, aérodromes, autoroutes, monocultures de maïs…). Jusqu’ici (automne 2009), il n’a été capturé ou signalé aucun Diabrotica virgifera virgifera en région Pays de la Loire.

Le mildiou du tournesol (Plasmopora halstedii) est un parasite de quarantaine réglementé ; chaque année, une importante prospection de parcelles est effectuée afin de détecter l’éventuelle présence de la maladie dans les cultures. En cas de détection d’importants foyers, des analyses de laboratoires permettent de caractériser les pathotypes présents et d’aider le travail de sélection des professionnels. Les variétés proposées sur le marché doivent en effet impérativement être résistantes au mildiou ou certifiées traitées au méfénoxam (traitement de semences anti-mildiou). En 2009, il n’y a pas eu de foyers significatifs repérés.

Les pommes de terre de consommation et de transformation font également l’objet d’une surveillance du territoire vis-à-vis de la Rhizomanie de la pomme de terre (Virus BNYVV), dans le cadre de la gestion de l'agrément ZPd1. De même, sur ces cultures sont recherchés d'autres organismes réglementés tels Ralstonia solanacerum, Clavibacter michiganensis, Meloïdogyne chitwoodi, Meloïdogyne fallax, Globodera rostochiensis, Globodera pallida.

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambroisia artemisiifolia) est vraisemblablement présente sur la région depuis une bonne dizaine d’années : méconnue et pas toujours facile à identifier, elle était suspectée mais pas forcément déclarée.

Présence d'Ambroisie à feuilles d'armoise en Pays de la Loire (sept 2010).